Aviso Tahure Accueil Avisos classe Arras La fin du Tahure Origine du nom Photos-1 Photos-2 Photos-3
L'Aviso Tahure dans l'Histoire
Extrait de l'article de Jean Lassaque publié le 04/04/2016 sur Forum Marine Française. Net-Marine - www.netmarine.net
On trouve sur plusieurs sites internet américains les comptes-rendus des patrouilles des sous-marins pendant la 2ème guerre mondiale. Assez impressionnant. J'ai notamment trouvé le rapport du sous-marin Flasher sur ce qui a été le torpillage de deux navires français, dont l'aviso Tahure. Petite traduction ci-après :

Depuis le 27 avril 1944, le sous-marin USS Flasher (SS-249) patrouillait au large du cap Varella, sur la côte d'Annam.

29 avril 1944
5h 36: Plongé et venu à la terre sur une position à trois milles au large de (l'île NdT) Hon Doi. Vu de nombreux petits bateaux à voile pendant la journée, jusqu'à 25 en vue à un certain moment.

19h 36: Surface. Commencé à patrouiller à dix milles au large de Hon Doi.

20h 12: Echo du radar SJ au relèvement 260° distance 15 800 yards (Contact navire n° 4). Cela semble être un navire rasant la côte, route au nord. Gouverné pour faire route au nord et commencé la chasse. Il y a un quartier de lune et la visibilité est bonne sauf grains épars. Il n'est pas possible de distinguer le navire en raison de sa proximité à la côte.

21h 00: Réduit la distance à 14 000 yards et constaté qu'il y a deux buts distincts. Estimation pour une route au 350° vrai, vitesse 7,5 noeuds. Ils ne marchent pas en zigzags. Décidé d'aller sur leur avant et d'attaquer en plongée. Décidé de plonger à environ sept milles au nord du cap Varella sur les fonds de 40 brasses. Commencé avec deux moteurs en propulsion et deux chargeant les accumulateurs.

22h 30: Parvenu sur une position sur l'avant des buts à une distance de 14 000 yards. Plongé et fait route vers eux.

22h 45: Remonté à l'immersion radar et obtenu une distance de 8 000 yards. Les éléments concordent bien avec une route but au 350 vrai vitesse 7,5 noeuds.

22h 53 Remonté à l'immersion radar et obtenu une distance de 5 800 yards. Monté à l'immersion périscopique et commencé à nous dégager de leur route vers l'est. Décidé de nous positionner à environ 1 800 yards de leur route et de se présenter par l'étrave de façon à avoir six tubes battant pour trois torpilles sur chaque but. A ce moment identifié deux navires moyens à peu près en ligne de file. Pas pu voir le moindre escorteur. Cela semblait trop beau pour être vrai mais nous n'avons jamais pu repérer un escorteur. Les conditions d'écoute ici sont médiocres en raison des gradients de température. Le navire de tête semble être un cargo d'environ 4 500 tonnes avec machines à l'arrière. Le deuxième navire est était un plus gros cargo d'environ 6 000 tonnes. Manoeuvré pour une présentation à 90° tribord de la route du navire de tête.

23h 17: Lancé trois torpilles sur le navire de tête et aussitôt passé sur le deuxième navire, en lui en lançant trois. Toutes les torpilles suivies au périscope. Une minute et cinq secondes après le lancement de la première torpille, observé un impact juste sur l'arrière du milieu de la cible sur le navire de tête. Le deuxième navire explosa avec un éclair terrible et disparût immédiatement. Je crois que ce navire était chargé de munitions. 23h 21: Juste après être revenu sur le navire de tête, la première de trois grenades sous-marines explosa. L'écoute avait repéré des hélices rapides au gisement 020° pendant le lancement mais je n'ai pas interrompu le lancement pour regarder puisqu'on ne voyait pas d'escorteur au périscope. La troisième grenade explosa très près aussi avons plongé à 200 pieds faisant route sur l'avant et tournant rapidement. Les hélices des escorteurs s'éloignèrent rapidement sur notre arrière et disparurent dans la direction de la position où avait sombré le deuxième navire.

23h 25: Entendu une explosion distante

23h 33: Remonté à l'immersion périscopique. Les escorteurs semblaient chercher au voisinage de là où avait sombré le deuxième navire. Le navire de tête avec un impact était sans erre et bien enfoncé.

30 avril 1944

0h 00: Le navire de tête est toujours à flot. Décidé qu'il serait nécessaire d'obtenir un autre coup au but et commencé une approche pour un lancement par les tubes arrière.

0h 11: Deux tubes arrière parés

0h 15: Avec une distance estimée à 1500-2000 yards et avec gyrodéviation à 180° et une route stable, lancé une torpille pointée sur le milieu du but. J'avais vérifié visuellement que le gisement du but était constant et je pensais qu'on ne pouvait pas le manquer et pourtant c'est ce qui s'est passé. Le but semblait maintenant en train de couler aussi j'ai décidé de recharger les tubes avant et d'attendre le coucher de la lune à 0h 55 pour refaire surface et l'achever s'il flottait encore.

0h 40: Le but sombra

0h 56: Surface. Rien hormis la terre et les escorteurs à 2800 yards au radar. Dégagé de la zone vers l'est avec trois moteurs en propulsion et un en charge.
Fin de citation.

Le navire de tête était le cargo Song Giang (1065 t), de la Compagnie côtière de l'Annam et le deuxième navire était l'aviso Tahure. Manifestement, ces bâtiments naviguaient feux masqués et l'escorteur a été pris pour un cargo (ce pourquoi il avait été conçu en 1919).

Cordialement
J. Lassaque

Le commandant américain ne s'est pas trop préoccupé de savoir exactement sur quoi il lançait car les sous-marins américains pratiquaient sur les côtes indochinoises comme ailleurs le "sight and sink" soit "voyer et couler".
Côté français, l'information a été connue très vite car, même si les officiers et officiers mariniers ont disparus avec le bâtiment, 16 marins européens et 10 indochinois ont gagné la côte à la nage et un patrouilleur japonais a repêché 9 marins européens et 5 indochinois, ce qui fait un total de 40 survivants. Le total des pertes se monte à 72 hommes.
Le Song Giang a coulé très lentement, il n'y a eu que 4 marins européens et un nombre non donné de matelots indochinois. (Sources : La Marine Française en Indochine de 1939 à 1955 - Tome I : septembre 1939 à août 1945)

J. Lassaque

Un des commentaires sur le site www.net-marine
Il me semble que, les Japs ayant annoncé avoir saisi la flotte commerciale française d'Indochine, le commandant du Flasher pouvait a priori considérer que deux navires de commerce (avec l'erreur d'identification du Tahure) naviguant de nuit feux masqués sur la côte d'Annam étaient japonais, donc ennemis.
Au demeurant, je crains que le pavillon français n'ait pas dissuadé une attaque diurne. De toutes façons, le convoi français qui, appareillé de Nha Trang à la tombée du jour, devait franchir de nuit la partie la plus exposée de la traversée vers Qui Nhon, sans doute pour le mettre à l'abri d'attaques aériennes, plus redoutées à cette époque que les attaques sous-marines.